$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Pierre Fatou (28 février 1878 [Lorient] - 10 août 1929 [Pornichet])

Pierre Fatou est un mathématicien et astronome français du XXiè siècle. Né à Lorient le 28 février 1878, il fait ses études au lycée de cette ville, puis ses classes préparatoires au collège Stanislas de Paris. Entré à l'Ecole Normale Supérieure en 1898, il devient agrégé en 1901.

Immédiatement après, il obtient un poste d'aide astronome à l'Observatoire de Paris. Tout le reste de sa vie, il mêle alors ses activités de mathématicien et d'astronome. Sa thèse, qu'il soutient en 1907, porte sur l'intégrale de Lebesgue (qui est alors toute neuve!), sur les fonctions d'une variable complexe et sur les séries trigonométriques. Auteur du lemme qui porte son nom, Fatou est aussi le premier à prouver la formule de Parseval pour les fonctions de carré intégrable, un résultat qui impressionna beaucoup Lebesgue. En astronomie, il démontre rigoureusement certains résultats sur les orbites des planètes dont Gauss avait l'intuition. Il fait aussi de nombreuses avancées dans la théorie des étoiles doubles.

Le grand prix de l'Académie des Sciences de 1918 constitue un tournant dans la carrière de Fatou. En 1915, l'Académie des Sciences annonce qu'un prix sera donné en 1918 à celui qui ferait la meilleure contribution concernant l'itération complexe. Fatou a déjà un peu travaillé sur le sujet, et il développe en 1917 une théorie qu'il annonce dans plusieurs notes aux Compte-rendus. Julia fait simultanément des découvertes similaires, qu'il dépose à l'Académie sous forme de pli cacheté. Il en découle une querelle de priorité que l'Académie tranche en faveur de Julia qui reçoit le Grand Prix en 1918. Ceci bloqua sans doute la carrière de Fatou. De fait, il n'obtint jamais de poste de mathématicien (même s'il présida la Société Mathématique de France en 1926!), et il ne fut astronome titulaire qu'en 1928. Toutefois, l'histoire mathématique a bien fait les choses. Les ensembles que Fatou et Julia ont découvert simultanément s'appellent ensembles de Julia, mais leurs complémentaires sont appelés...ensembles de Fatou!

Les entrées du Dicomaths correspondant à Fatou

Les mathématiciens contemporains de Fatou (né en 1878)