$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Richard Courant (17 février 1887 [Lublinitz] - 27 janvier 1972 [New-York])

Richard Courant est un mathématicien germano-américain qui, au même titre que Mittag-Leffler, est l'exemple du mathématicien ayant su brillamment concilier enseignement, recherche et organisation de la recherche. Il est né à Lublinitz, ville alors située dans l'empire allemand (elle est maintenant en Pologne). Ses parents sont des commerçants qui peinent à gagner leur vie, aussi la famille part successivement à Glatz et à Breslau et, dès 14 ans, Courant gagne de l'argent en étant le tuteur d'enfants plus jeunes. Il étudie au lycée de Breslau où ses aptitudes pour les mathématiques se révèlent déjà. Il entre à l'Université de Breslau en 1906, dans le but d'étudier la physique et les mathématiques. Il y trouve les cours d'un niveau faible. Sous les conseils notamment d'Otto Toeplitz, un ancien de Breslau alors à Göttingen, il décide d'aller étudier dans cette dernière université après un semestre à Zürich en 1907.

Göttingen est alors le centre mondial des mathématiques. On y trouve Klein, Runge, Minkowski et surtout Hilbert. Courant a la chance d'être choisi par ce dernier pour être son assistant en 1908. Sous la direction de Hilbert, il soutient sa thèse en 1910, puis son habilitation en 1912, qui sont toutes deux consacrées à des applications du principe variationnel de Dirichlet. En 1912, il épouse Nelly Neumann, qui est issue d'une famille suffisamment riche pour que cessent ses problèmes d'argent.

Lorsque la Première Guerre Mondiale éclate, Courant est contraint de s'engager dans l'armée. Il est blessé et pendant sa convalescence, il divorce. Il sert ensuite à nouveau dans l'armée, mais il n'est plus au front et se consacre aux systèmes de télécommunication terrestres.

Après la fin de la guerre, Courant retourne à Göttingen, avec un petit intermède en 1919 où il est professeur à l'Université de Munster. Les années qui viennent sont alors très prolifiques pour lui. D'une part, il épouse Nina Runge, la fille du mathématicien Carl Runge, qui est musicienne. Contrairement à son premier mariage, celui-ci sera bien plus heureux. D'autre part, Courant est peut-être à l'apogée de sa carrière scientifique. Il réalise des travaux très importants en mathématiques appliquées. Il écrit notamment un livre avec Hilbert sur les méthodes mathématiques pour la physique, et qui deviendra un traité de référence connu sous le nom de "Courant-Hilbert". En collaboration avec Friedrichs et Lewy, il montre comment la méthode d'approximation des différences finies peut prouver l'existence de solutions à des équations aux dérivées partielles. Enfin, Courant reprend à son compte l'ambition de Klein de faire de Göttingen le centre mondial des mathématiques. Il y réussit en y attirant les meilleurs mathématiciens (comme Hermann Weyl) ou encore en y créant un institut de mathématiques, le rêve de Klein.

Hélas, Courant est d'origine juive et Hitler arrive au pouvoir en 1933. Une des premières mesures du pouvoir nazi est d'interdire aux juifs de servir l'État. Ainsi, Courant ne peut plus exercer à Göttingen. Il prend la décision d'émigrer, d'abord en passant un an à Cambridge, puis en s'installant à New York. Sa situation à son arrivée aux États-Unis est un peu difficile. Il est mal payé, l'Université de New-York est un quasi désert mathématique, aussi bien en ce qui concerne les enseignants que les étudiants. Courant a alors l'idée qu'il pourrait recréer à New-York ce qu'il avait si bien su faire à Göttingen. Grâce à son activité débordante, il y réussit à créer de toute pièce un institut de mathématiques appliquées remarquable, connu dans le monde entier sous le nom de Courant Institute (son nom officiel après sa retraite, en 1964). Il réalise encore des recherches mathématiques de tout premier plan, par exemple en développant la méthode des éléments finis.

Membre de l'académie des sciences de Washington et membre étranger de nombreuses autres académies, Courant décède le 27 janvier 1972 des suites d'un accident vasculaire cérébral.

Source : La plupart des informations de cette biographie sont issus de Remarkable Mathematicians, par Ioan James.

Les entrées du Dicomaths correspondant à Courant

Les mathématiciens contemporains de Courant (né en 1887)