$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Ronald Aylmer Fisher (17 février 1890 [Londres] - 29 juillet 1962 [Adelaïde])

Ronald Aylmer Fisher est un statisticien et biologiste britannique qui fut un précurseur de l'application des méthodes statistiques à la réalisation d'expériences scientifiques. Il est né à East Finchley, un quartier du nord de Londres, le 17 février 1890. Son père est commissaire-priseur, mais il fait faillite et c'est grâce à une bourse que Ronald Aylmer Fisher peut entrer à l'Université de Cambridge en 1909. Il est diplômé en astronomie en 1912 et prolonge ses études pendant un an pour travailler sur la théorie des erreurs en physique et en astronomie. À la sortie de l'Université, il travaille quelques mois comme statisticien dans une société d'investissement. Lorsque la Première Guerre Mondiale éclate, il souhaite s'engager dans l'armée mais sa forte myopie l'en empêche. De 1914 à 1919, il enseigne alors les mathématiques dans diverses écoles anglaises. En 1917, il épouse en secret Ruth Eileen qui n'a que 17 ans. Ensemble, ils auront neuf enfants.

S'il n'est pas à cette période un chercheur en statistiques à temps plein, Fisher réalise déjà des contributions importantes dans ce domaine. Ainsi, en 1912, il a publié une première ébauche de la méthode d'estimation par maximum de vraisemblance. En 1918, il effectue une étude très importante de la corrélation des caractères entre individus d'une même famille, ce qui lui permet de montrer la consistance de la théorie génétique de Mendel. Ces travaux sont remarqués, et Fisher se voit proposer deux emplois en 1919 : un poste de statisticien à l'institut de recherche agronomique de Rothensted et un poste à Cambridge dans le laboratoire Galton dirigé par Pearson. Il choisir le poste à l'institut d'agronomie, peut-être en raison d'une animosité naissante avec Pearson, à la suite des critiques de ce dernier sur un article qu'il a écrit en 1915.

À Rothensted, Fisher s'épanouit et peut mêler expériences pratiques sur le blé et travaux théoriques en statistiques. Il introduit de nombreux concepts importants, dont la randomisation qui permet d'éviter que les résultats d'une expérience ne soit biaisés par les conditions matérielles de sa réalisation, ou l'analyse multivariée, afin d'étudier simultanément l'impact de plusieurs facteurs. Son livre Statistical methods for research workers publié en 1925 résume les méthodes qu'il a développées; cet ouvrage sera réédité et complété à plusieurs reprises. Fisher poursuit aussi ses travaux sur la génétique et la sélection naturelle, montrant que les travaux de Mendel et de Darwin sont compatibles. Il est partisan de l'eugénisme et pense que les civilisations modernes, en défendant les plus faibles, s'opposent aux lois de la sélection naturelle.

En 1933, Fisher succède à Pearson à la chair d'eugénisme de Cambridge. C'est assez ironique tant les relations entre Fisher et Pearson sont devenues exécrables. En 1943, il devient professeur de génétique, toujours à Cambridge, jusqu'à sa retraite en 1957. Il passe alors les dernière années de sa vie à Adelaïde, jusqu'à son décès en 1962.

Sans conteste un des plus grands mathématiciens du XXi siècle, Fischer reçut de nombreux honneurs : membre de nombreuses académies des sciences, récipiendaire de la médaille Copley de la Royal Society en 1955, il est annobli en 1952.

Les entrées du Dicomaths correspondant à Fisher

Les mathématiciens contemporains de Fisher (né en 1890)