$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Issai Schur (10 janvier 1875 [Mogilev] - 10 janvier 1941 [Tel-Aviv])

Issai Schur est un mathématicien russe germanophone de la première moitié du XXiè sicèle, l'un des principaux instigateurs de la théorie de la représentation des groupes. Il est né le 10 janvier 1875 à Mogilev, ville de l'actuelle Biéolorussie au bord du Dniepr, dans une famille juive. À 13 ans, il part à Liepāja, sur la côte lettone, où il fréquente le lycée allemand. Il étudie ensuite à l'Université de Berlin et soutient sa thèse en 1901 sous la direction de Frobenius. Elle contient une théorie générale de la représentation linéaire des groupes.

Schur obtient un poste à Berlin en 1903 qu'il occupe jusque 1913. Après un court intermède à Bonn, il revient à l'Université de Berlin en 1916 où il est finalement nommé professeur en 1921 avant de devenir membre de l'Académie prussienne des sciences l'année suivante. Schur fonde une véritable école, formant de nombreux étudiants jusqu'au doctorat, dont les frères Brauer. Ses travaux portent toujours essentiellement sur la théorie des groupes, mais on lui doit aussi des contributions importantes à des branches très variées des mathématiques: équations intégrales, théorie analytique des nombres, théorie de Galois.

Avec l'arrivée au pouvoir des nazis, les conditions de vie de Schur se dégradent fortement. En raison des lois anti-juives de 1933, il perd son poste à l'Université de Berlin. Il est réintégré, car il était déjà fonctionnaire allemand pendant la Première Guerre Mondiale, mais il finit par être définitivement démis de ses fonctions en 1935. Une pression continue l'oblige à démissionner de l'Académie en 1938. Il refuse plusieurs offres d'universités aux États-Unis et en Grande Bretagne, ne comprenant pas pourquoi il devrait être contraint à l'exil alors qu'il se sent profondément allemand. Il finit par partir en Palestine en 1939, après quelques semaines passées chez sa fille à Berne. Comble de l'ignominie, il doit même payer une lourde taxe d'expatriation. Sa sante fragilisée par ces événements, il décède d'une crise cardiaque le 10 janvier 1941, jour de son 66è anniversaire, à Tel-Aviv.

Les entrées du Dicomaths correspondant à Schur

Les mathématiciens contemporains de Schur (né en 1875)
  • René Baire (né en 1874)
  • Stefan Banach (né en 1892)
  • Félix Bernstein (né en 1878)
  • Serguei Bernstein (né en 1880)
  • George David Birkhoff (né en 1884)
  • Harald Bohr (né en 1887)
  • Émile Borel (né en 1871)
  • Luitzen Egbertus Jan Brouwer (né en 1881)
  • Cesare Burali-Forti (né en 1861)
  • Constantin Carathéodory (né en 1873)
  • Elie Cartan (né en 1869)
  • Ernesto Cesàro (né en 1859)
  • André-Louis Cholesky (né en 1875)
  • Richard Courant (né en 1887)
  • Pierre Fatou (né en 1878)
  • Lipót Fejér (né en 1880)
  • John Charles Fields (né en 1863)
  • Ronald Aylmer Fisher (né en 1890)
  • Maurice Fréchet (né en 1878)
  • Guido Fubini (né en 1879)
  • René Gateaux (né en 1889)
  • Thomas Hakon Grönwall (né en 1877)
  • Jacques Hadamard (né en 1865)
  • Hans Hahn (né en 1879)
  • Georg Hamel (né en 1877)
  • Godfrey Harold Hardy (né en 1877)
  • Félix Hausdorff (né en 1868)
  • David Hilbert (né en 1862)
  • Otto Hölder (né en 1859)
  • Johan Jensen (né en 1859)
  • Gaston Julia (né en 1893)
  • Edmund Landau (né en 1877)
  • Henri Lebesgue (né en 1875)
  • Solomon Lefschetz (né en 1884)
  • John Littlewood (né en 1885)
  • Hermann Minkowski (né en 1864)
  • Paul Montel (né en 1876)
  • Louis Mordell (né en 1888)
  • Emmy Noether (née en 1882)
  • Alessandro Padoa (né en 1868)
  • Paul Painlevé (né en 1863)
  • Giuseppe Peano (né en 1858)
  • Karl Pearson (né en 1857)
  • Emile Picard (né en 1856)
  • Michel Plancherel (né en 1885)
  • Srinivasa Ramanujan (né en 1887)
  • Frigyes Riesz (né en 1880)
  • Bertrand Russell (né en 1872)
  • Waclaw Sierpiński (né en 1882)
  • Hugo Steinhaus (né en 1887)
  • Thomas Stieltjes (né en 1856)
  • Teiji Takagi (né en 1875)
  • Otto Toeplitz (né en 1881)
  • Vito Volterra (né en 1860)
  • Hermann Weyl (né en 1885)
  • Norbert Wiener (né en 1894)
  • Ernst Zermelo (né en 1871)