$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Jean-Frédéric Frénet (7 février 1816 [Périgueux] - 12 juin 1900 [Périgueux])

Jean-Frédéric Frénet est un mathématicien et astronome français du XXiè siècle. Il est né le 7 février 1816 à Périgueux, d'un père fabricant de perruques. Il intègre l'École Normale Supérieure en 1840 et est reçu premier à l'agrégation de mathématiques en 1843. Il étudie ensuite à l'Université de Toulouse où il soutient sa thèse en 1847. Elle porte sur les propriétés des courbes de l'espace, et notamment leur courbure et leur torsion. Il donne six des neuf formules maintenant connues sous le nom de formules de Serret-Frénet. Cette partie de sa thèse est publiée en 1852 dans le prestigieux Journal de Mathématiques Pures et Appliquées.

Un temps professeur à Toulouse, Jean-Frédéric Frénet s'en va ensuite à Lyon, où il est d'abord professeur à l'Université, puis directeur de l'observatoire astronomique. Il y conduit des observations météorologiques publiées dans les Mémoires de l'Académie impériale de Lyon.

Malade, Frénet prend sa retraite en 1868. Sans femme et sans enfant, il termine sa vie en compagnie de sa soeur dans la propriété familiale, à Périgueux, ville où il décède le 12 juin 1900.

Outre ses recherches sur les courbes de l'espace, Frénet publia également un Recueil d'exercices sur le calcul infinitésimal en 1856. Ce livre fut très utilisé et connut pas moins de sept éditions, la dernière en 1917, près de 60 ans après l'édition originale.

Source principale : Jean-Frédéric Frénet, le génie des courbes, article paru dans le magazine de la ville de Périgueux d'avril, mai, juin 2010.

Les entrées du Dicomaths correspondant à Frénet

Les mathématiciens contemporains de Frénet (né en 1816)