$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Thomas Bayes (1701 [Londres] - 17 avril 1761 [Tunbridge Wells]

Né à Londres en 1701 ou 1702, Thomas Bayes est un scientifique et pasteur anglais. Il est issu d'une éminente famille de protestants nonconformistes (c'est-à-dire des protestants qui ont rompu avec l'église anglicane pour ne pas se conformer à l'Act of Uniformity). Cette famille avait fait fortune à Sheffield dans la coutellerie. Du fait de sa religion, Thomas Bayes ne peut pas fréquenter les collèges et universités anglais. C'est ainsi qu'il part en Écosse en 1719 pour étudier à l'Université d'Édimbourg où il suit des cours de théologie et semble-t-il de logique. A sa sortie de l'université, il assiste son père qui est pasteur à Londres, avant lui-même d'être ordonné prêtre à Tunbridge Wells, dans le Kent, vers 1733. Il exerce son ministère jusqu'en 1752, puis reste à Tunbridge Wells jusqu'à sa mort le 17 avril 1761.

On ne connait que deux travaux publiés par Thomas Bayes de son vivant. Le premier, Divine Benevolence, or an Attempt to Prove That the Principal End of the Divine Providence and Government is the Happiness of His Creatures, publié en 1731, est un essai théologique où Bayes tente d'expliquer les causes des actions de Dieu dans le monde. Le second, An Introduction to the Doctrine of Fluxions, and a Defence of the Mathematicians Against the Objections of the Author of The Analyst, publié anonymement en 1736, est un essai sur la défense du calcul différentiel de Newton face aux attaques de George Berkeley. Pourtant, malgré l'absence de résultats personnels nouveaux, Bayes avait acquis suffisamment de notoriété pour être élu membre en 1742 de la Royal Society.

Son mémoire pour lequel il est le plus connu est posthume. Il s'agit de l'essai sur les probabilités An Essay towards solving a Problem in the Doctrine of Chances, rassemblé et édité par son ami Price en 1763. Thomas Bayes y est un des premiers à s'intéresser à la probabilité des causes. Plus précisément, il cherche à trouver la probabilité qu'un événement survienne sous l'hypothèse que nous ne connaissons rien à son sujet, sinon qu'il est survenu un certain nombre de fois dans les mêmes circonstances, et qu'il n'est pas survenu un autre certain nombre de fois. Il y formule un cas particulier de la célèbre formule de probabilités connue sous le nom de formule de Bayes.

Signalons que le portrait de Bayes apparaissant sur cette page vient du livre History of Life Insurance publié en 1936 par Terence O’Donnell. Dans aucun livre il n'est fait référence à un portrait de Bayes, et il y a des doutes sur son authenticité. La page suivante discute sérieusement de ce sujet.

Les entrées du Dicomaths correspondant à Bayes

Les mathématiciens contemporains de Bayes (né en 1701)