$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Alexis Clairaut (13 mai 1713 [Paris] - 16 mai 1765 [Paris])

Alexis Clairaut est un mathématicien et astronome français du XVIIIè siècle, second d'une famille de 21 enfants (mais il est le seul à atteindre l'âge adulte). Son père est un professeur de mathématiques reconnu et Alexis Clairaut lui-même est particulièrement précoce. A 10 ans, il lit les écrits de l'Hospital, à 13 ans, il donne sa première conférence à l'Académie des Sciences sur les propriétés géométriques de 4 courbes qu'il a découvertes. Il entre à l'Académie à l'âge de 18 ans. Cela nécessite une dérogation du roi Louis XV, car l'âge légal minimum est 20 ans. C'est encore à ce jour la plus jeune personne à être entrée à l'Académie.

En 1736, Clairaut participe à l'expédition menée par Maupertuis en Laponie. Il s'agit alors de mesurer la longueur d'un degré de méridien, le but étant de vérifier expérimentalement la théorie de Newton disant que la terre est aplatie au pôle. Cette expédition est un succès. Plus tard, en 1743, Clairaut confirme ces résultats expérimentaux par un traité d'hydrostatique, Théorie de la figure de la Terre, où il donne une explication théorique à ce fait en s'inspirant des travaux de Newton et de MacLaurin.

Clairaut se penche ensuite sur le problème des 3 corps (étude de l'évolution de 3 corps interagissant par la gravitation). En particulier, il s'intéresse à l'orbite de la lune autour de la terre, en tenant compte de la perturbation causée par le soleil. Il pense dans un premier temps que la loi de Newton, en $1/r^2$, est fausse, avant de comprendre qu'en faisant une approximation à un ordre plus grand que celui qu'il faisait, ses calculs de l'orbite de la lune coïncident avec les observations. Il publie ses résultats dans son mémoire Théorie de la lune, publié en 1752, et qui lui vaut un prix de l'Académie de Saint-Petersbourg. Ce mémoire est aussi à l'origine d'une polémique avec d'Alembert, farouche opposant des théories de Newton.

En 1757, Clairaut s'attaque au problème de la comète de Halley, découverte en 1682 et dont Halley avait prédit le retour vers 1758-1759. Il calcule en particulier le périhélie (point où la comète s'approche au plus près du soleil), avec une précision de un mois. Ce fait remarquable valut beaucoup d'admiration à Clairaut.

Sur un plan plus mathématique, le travail sur les mouvements des astres a conduit Clairaut à s'intéresser à certaines équations différentielles et à leur résolution. Il publie aussi deux livres plutôt destinés à l'enseignement, Éléments de géométrie en 1741 et Éléments d'algèbre en 1749.

Les entrées du Dicomaths correspondant à Clairaut

Les mathématiciens contemporains de Clairaut (né en 1713)