$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Nicolas III Bernoulli (6 Février 1695 [Bâle] - 31 Juillet 1726 [Saint-Petersbourg])

Nicolas III Bernoulli est un des fils de Jean Bernoulli (certains disent son préféré), un autre membre éminent de cette célèbre famille de scientifiques. Après des études brillantes de droit et de médecine (entreprises dès l'âge de 13 ans) à l'Université de Bâle, il assiste son père dans sa correspondance. On lui doit notamment des lettres parmi les plus célèbres défendant Leibniz face à Newton.

En 1725, il obtient un poste à l'Université de Saint-Petersbourg. Hélas, sa mort prématurée, 8 mois après son arrivée, brise une carrière qui s'annonçait prometteuse. On lui doit toutefois des travaux concernant la géométrie des courbes, les équations différentielles, et les probabilités. Dans ce dernier domaine, il énonce le paradoxe de Saint-Petersbourg.

Les entrées du Dicomaths correspondant à Bernoulli

Les mathématiciens contemporains de Bernoulli (né en 1695)