$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Colin MacLaurin (février 1698 [Kilmodan, Ecosse] - 14 juin 1746 [Edimbourg])

Colin MacLaurin est un mathématicien écossais né en février 1698 en Ecosse. Il perd son père, qui était pasteur, quelques semaines après sa naissance, puis sa mère en 1707. C'est son oncle, pasteur lui aussi, qui l'élève jusqu'à son entrée à l'université de Glasgow en 1709. MacLaurin est particulièrement précoce puisqu'il défend sa thèse en 1713 (il a alors 15 ans) et qu'il obtient en 1717 la chaire de mathématiques du Marishal College d'Aberdeen. C'est à cette époque qu'il rédige son premier livre, Geometria Organica où il présente la théorie des podaires.

En 1722, MacLaurin part en France comme tuteur de George Hume. Ce dernier décède en 1724 et MacLaurin n'a pas d'autres choix que de retourner à Aberdeen. L'accueil à son égard au Marishal College est glacial (il avait quitté son poste sans autorisation officielle) alors MacLaurin profite d'une opportunité pour devenir en 1725 l'assistant de James Gregory à Edimbourg, même si son statut reste précaire. Il se consacre à l'étude algébrique des courbes et aux racines des polynômes, et se querelle avec d'autres mathématiciens comme George Campbell.

En 1733, MacLaurin se marie, signe d'une aisance financière plus grande. Il aura trois enfants, dont deux décédés en bas âge. A cette époque, il se consacre à son Traité des fluxions, publié en 1742, qui vient en réaction à l'attaque de l'archevêque irlandais Berkeley en 1734 contre le calcul différentiel de Newton. Il expose dans ce traité une théorie complète des méthodes de Newton. Il tente notamment de justifier l'introduction des infiniment petits par des méthodes géométriques. C'est dans cet ouvrage que l'on rencontre la formule dite d'Euler-MacLaurin et un cas particulier des séries de Taylor, les séries de Taylor-MacLaurin.

MacLaurin s'investit aussi dans des projets extra-mathématiques. Il est l'instigateur principal de la création de la société philosophique d'Edimbourg. Il participe à la création d'un fonds d'aide aux orphelins et veuves de pasteurs, s'assurant de la viabilité du projet. Enfin, en 1745, lorsque les jacobites assaillent Edimbourg, MacLaurin défend activement la ville, en creusant des tranchées ou en construisant des barricades. Lorsque la ville est prise, il doit s'enfuir jusqu'à ce qu'il puisse rentrer en toute sécurité. Il laisse sa santé dans ces événements et décède le 14 juin 1746.

Les entrées du Dicomaths correspondant à MacLaurin

Les mathématiciens contemporains de MacLaurin (né en 1698)