$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Ludovico Ferrari (2 février 1522 [Bologne] - 5 octobre 1565 [Bologne])

Ludovico Ferrari est un mathématicien italien issu d'une famille pauvre. Elevé par son oncle après le décès de son père, il est envoyé (à la place de son cousin!) pour servir Cardan. Comme Ferrari sait lire et écrire, Cardan en fait son secrétaire. Très vite, il repère les dons de Ferrari et décide de lui enseigner les mathématiques. Ferrari devient alors professeur de géométrie à Milan alors qu'il a 20 ans.

Cardan et Ferrari ont beaucoup travaillé ensemble à la résolution des équations de degré 3 et 4. Ayant arrachés à Tartaglia, contre la promesse du secret, une méthode de résolution de certaines équations cubiques, ils parviennent à résoudre l'équation générale. Ferrari parvient même à résoudre les équations de degré 4. Leurs résultats sont publiés par Cardan dans Ars Magna, en 1545. Bien sûr, cette publication brise le sceau du secret voulu par Tartaglia, mais les deux amis se sentaient libérés de leur promesse, ayant découverts que Scipione del Ferro le premier avait résolu certaines équations cubiques.

À la suite de la publication de Ars Magna, une violente querelle oppose Tartaglia d'un côté et Cardan/Ferrari de l'autre. Les invectives sont nombreuses, et le point culminant de la dispute est le débat qui oppose Tartaglia à Ferrari en 1548. Ce dernier en sort vainqueur, et dès lors il reçoit de nombreuses propositions d'emploi (l'empereur, par exemple, souhaite qu'il devienne le précepteur de son fils). Ferrari choisit le très lucratif poste de percepteur du gouverneur de Milan et il devient un homme riche. Sa fortune faite, il retourne en 1565 à Bologne, sa ville natale, pour y devenir professeur à l'Université. Malheureusement, il décède quelques mois après son arrivée, sans doute empoisonné à l'arsenic par sa soeur.

Les mathématiciens contemporains de Ferrari (né en 1522)