$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Jean-Christophe Yoccoz (29 mai 1957 [Paris] - 3 septembre 2016)

Jean-Christophe Yoccoz est un mathématicien français spécialiste des systèmes dynamiques, branche des mathématiques fondée par Henri Poincaré qui consiste à étudier l'évolution à long terme d'un système dont on connaît la loi d'évolution élémentaire (celle qui décrit comment se modifie l'état du système d'un instant donné à l'instant suivant). Né d’un père physicien et d’une mère traductrice littéraire, il effectue des études particulièrement brillantes au lycée Louis-le-Grand : premier prix du concours général, premier au concours d'entrée à l'Ecole Polytechnique et à l'Ecole Normale Supérieure, il est élève de cette dernière de 1975 à 1979. Il est également premier au concours de l'Agrégation de mathématiques en 1977.

A sa sortie de l'Ecole Normale Supérieure, il est recruté comme attaché, puis chargé de recherches par le CNRS. Il effectue au début des années 80 son service militaire en coopération à l’Instituto de Matematica Pura e Aplicada de Rio de Janeiro, avant de travailler au centre de mathématiques de l'École polytechnique, sous la direction de Michael Herman, et de soutenir sa thèse de doctorat en 1985. Il devient alors professeur à l'Université Paris-Sud (Orsay), avant d'occuper la chaire d’équations différentielles et systèmes dynamiques au Collège de France.

En 1994, Yoccoz reçoit la médaille Fields, la plus prestigieuse récompense en mathématiques. Selon la notice décrivant ses travaux lors de la réception de cette médaille, "Yoccoz s'est vite imposé comme un leader [] démontrant entre autres des critères qui donnent des limites précises de validité de certains théorèmes de stabilité. Il allie une vision géométrique extrêmement fine, une puissance de calcul impressionnante en analyse, et un sens pénétrant de la combinatoire qui lui vient peut-être du jeu d'échecs où il excelle". Son meilleur classement aux échecs est de l'ordre de 2200 ELO. En 1994, Yoccoz devient également membre de l'Académie des Sciences et de l'Académie des Sciences brésilienne. Depuis son service militaire, il a entretenu un rapport étroit avec ce pays. Il est notamment à l'origine de la venue en France d'Arthur Avila, lui aussi récompensé par la médaille Fields en 2014.

Yoccoz décède le 3 septembre 2016, des suites d'une longue maladie.