Bibm@th

Forum de mathématiques - Bibm@th.net

Bienvenue dans les forums du site BibM@th, des forums où on dit Bonjour (Bonsoir), Merci, S'il vous plaît...

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 09-10-2017 14:04:52

tibo
Membre actif
Inscription : 23-01-2008
Messages : 944

Calculs et réforme du collège

Salut,
J'ouvre une nouvelle discussion pour éviter de polluer la discussion d'origine.

yoshi a écrit :

je ne trouve absolument rien dans les bouquins collège/lycée comme s'ils avaient supprimé cette partie ? Comment m'y prendre surtout si ça n'apparaît plus dans les livres ? J'ai seulement trouvé une petite partie dans un bouquin de 3ème.

Ça me surprend beaucoup...
Pour le Collège :
http://media.education.gouv.fr/file/spe … _33525.pdf

tibo a écrit :

Ton bulletin officiel date un peu ^^
La réforme du collège a supprimé pas mal de choses jugées trop calculatoires.
Les systèmes d'équations linéaires ont quasiment disparus du programme du collège.

Les élèves de seconde découvrent ça au début de l'année à l'occasion d'un chapitre vraiment trop calculatoire où on essaye de leur apprendre à résoudre des équations

yoshi a écrit :

D'ac, je n'avais pas vu...
Voilà un bon lien :
http://www.reformeducollege.fr/nouveaux … hematiques
Une réflexion à chaud : c'est de la folie furieuse !....
Je suis bien heureux de ne plus avoir à subir ça :
"Trop calculatoires" dis-tu ?????

Il me semblait qu'une discussion avait été ouverte il y a quelques mois sur la réforme du collège et ce qu'elle allait changer, mais je ne l'ai pas retrouvé.



Je suis étonné qu'un vieux briscard tel que toi soit étonné.
Tu as dû vivre quelques réformes du même types...

Depuis 5 ans que j'enseigne au lycée, j'ai toujours attaqué l'année de seconde en faisant comme si les élèves arrivaient avec un bagage mathématiques quasi nul. C'est le seul moyen de s'assurer que tous les élèves comprennent ce que je raconte.
La réforme ne fait qu'officialiser la chose.

Pour le "Trop calculatoire", il parait que les élèves s'ennuient lorsqu'on fait des exercices avec trop de calculs.
En secondes, l'inspectrice nous a recommandé d'intégrer d'éventuelles révisions sur les techniques de calculs au sein de problème plus généraux.
Par exemple, on a un problème de prix d'un truc selon différents forfaits, et Oh ! on tombe sur une équation ! Voyons comment la résoudre...

J'aime beaucoup cette inspectrice et suis souvent d'accord avec elle, mais là j'ai du mal à respecter ses recommandations.
Dans une classe où beaucoup d'élèves tournent de l’œil lorsqu'on prononce le mot "équation" (ce n'est malheureusement pas un euphémisme), le mois de septembre est utilisé pour apprendre (et non pas réviser pour beaucoup) toutes les techniques de calculs basiques (opérations avec des nombres relatifs, des fractions, résolutions d'équations et d'inéquations,...)

Et oui ça donne des cours particulièrement chiants, mais je considère qu'avant d'apprendre à accrocher un cadre à un mur, on apprend à planter un clou correctement, pas les deux en même temps...
Mais je suis peut-être déjà dépassé par les nouvelles méthodes pédagogiques ^^

Dernière modification par tibo (09-10-2017 14:07:59)


A quoi sert une hyperbole?
----- A boire de l'hypersoupe pardi !

Hors ligne

#2 13-10-2017 21:00:24

Fred
Administrateur
Inscription : 26-09-2005
Messages : 4 701

Re : Calculs et réforme du collège

Bonjour,

  C'est assez rigolo ce que dit Tibo car j'ai un peu la même expérience que lui, mais trois ans plus tard. Lorsque nos étudiants entrent à l'université, ils savent incontestablement bien moins calculer qu'auparavant : dériver une fonction un peu compliquée, lever une indétermination, sont pour eux des problèmes presque insolubles. Et nous avons dans mon université un module pour commencer l'année destiner à combler ce genre de manques... Pas très palpitant, mais sans doute nécessaire!

  Cela dit, cela pose une question à laquelle je ne sais pas répondre : que faut-il apprendre en mathématiques à nos élèves et étudiants???
On ne doit plus donner les mêmes connaissances et compétences qu'il y a 20 ans. Parfois, je suis effaré par nos cours à l'université : dans un cours d'algèbre linéaire pour physiciens ou informaticiens, on apprend à inverser une matrice ou à la diagonaliser sans jamais utiliser d'ordinateur, sans jamais expliquer que c'est très simple avec tout bon logiciel de calcul formel. Soyons honnêtes. Je ne calcule (presque) jamais à la main l'inverse d'une matrice, et aucun ingénieur ne le fait! Cela ne me semble pas injustifié que l'on demande moins de dextérité dans les calculs.
D'un autre côté, il en faut toujours un minimum pour pouvoir résoudre des problèmes plus théoriques. Trouver le bon milieu n'est pas si facile.

Bien sûr, ce que l'on doit apprendre dépend du public à qui l'on s'adresse. Au lycée, par exemple, il faut distinguer plus nettement les scientifiques (à qui il faut donner un bagage solide, pour être prêt à affronter la suite) des autres, à qui il faut donner les clés pour comprendre le monde. Finalement, pour ces derniers, les compétences en calcul littéral sont sans doute moins utiles que les compétences en raisonnement (ah, s'il y a bien quelque chose que je regrette, c'est ce peu de raisonnement que l'on fait maintenant au collège et au lycée!) ou les compétences en statistiques et probabilités élémentaires.

Fred.

Hors ligne

#3 14-10-2017 10:16:19

yoshi
Modo Ferox
Inscription : 20-11-2005
Messages : 11 384

Re : Calculs et réforme du collège

Bonjour,

Certes.
Mais, rafraîchissez-moi la mémoire, à quelle place trônons-nous en Europe, dans le monde pour nos capacités mathématiques ?
Ces nouveaux programmes de Collège, puis de Lycée illustrent encore une fois ce que j'ai répété de nombreuses fois au cours de ma carrière :
dès que que quelque chose gratte un peu (comprenez gêne les élèves), hop !, on supprime.
Pourtant, en ce qui concerne les systèmes de deux équations à deux inconnues, mes élèves aimaient ça. Il faut croire que c'est un contre-exemple.
Il faut s'entendre sur le sens du mot calculatoire...
Calculatoire, ladite résolution ? Si on restait "raisonnable", i.e qu'on avait toujours le credo des IPR en tête : n'utilisez que des nombres... fréquentables, ne donnez pas d'exercices exigeant de la... virtuosité technique, je m'inscris en faux.
Ça, comme 1er DS de 2nde en 1 h, oui : C'était même de la folie furieuse :

Exercice 1 Simplifier

[tex]\dfrac{3\sqrt 5+\sqrt{20}}{\sqrt{45}\left(2+\dfrac 5 6-\dfrac 3 4\right)}[/tex]                      ;                        [tex]\dfrac{4-3^{3^3-7^2}}{\sqrt{7^2-3^2}}\div \dfrac{\left(1-\dfrac 1 2+\dfrac 1 4\right)^2}{\sqrt{3^4+3^2}}[/tex]

Exercice 2
1. Écrire [tex]2578^2[/tex] sous la forme [tex]a\times 10^5+b[/tex] où a et b sont des nombres entiers.
2. En déduire la valeur exacte de [tex]2578^4[/tex]

Exercice 3
Calculer le volumr d'un cube d'arête [tex]2\sqrt 3 -1[/tex]

[tex]Exercice 4[/tex]
Calculer les 5 premiers nombres premiers de la forme [tex]2^n-1[/tex]

Il y a un monde entre les devoirs classiques de 3e même d'il y a 20 ans et ce DS de 2nde après 3 semaines de cours...
Techniquement, il n'est pas vraiment difficile, mais long, demande d'être précis dans ses calculs, savoir ce qu'on fait savoir hiérarchiser les calculs, bref comme on disait quand j'étais en Fac, bestialement calculatoire...
Sauf pour les têtes de classe 3e (et encore, si on leur a fait goûter en DM cette fois à des trucs un peu pointus), c'était le naufrage assuré (j'avais pu le constater)...
Combien de tes 2ndes échapperaient au naufrage, tibo ?

Alors bien sûr, c'est l'éternel débat : quand j'étais élève de 4e, on m'avait appris une technique d'extraction d'une racine carrée (voisine de celle de la division) : je sais toujours faire ;-) ...
Et pourtant qui calcule une racine carrée à la main aujourd'hui ?
Si on supprime la résolution de systèmes 2 x 2, au point où on en est, pourquoi ne pas supprimer le chapitre sur les calculs de radicaux ?
D'ailleurs c'est le cas, je viens de vérifier...
J'ai même vu que le calcul de PGCD a lui aussi disparu...

Il y a quand même un socle minimum à apprendre au Collège pour ne pas obérer les orientations futures le goût des Maths doit être développé au plus tôt avant que la légende urbaine ne s'ancre définitivement.
Les nouveaux programmes de 2nde vont donc devoir être eux aussi modifiés de façon drastique... Et je me demande comment tibo (et où il va trouver le temps !) va préparer cours et exercices pour permettre à une petite frange d'intégrer 1S et ES.
Ça va être l'effet dominos : il va falloir tailler dans ces progs aussi... ET ceux de la Term ensuite...
Bin, Fred, si le nouveau ministre ne change rien, tes collègues et toi n'avez pas fini de vous arracher les cheveux...

/!\ Je vais exagérer un peu..
On pourrait aussi demander aux généticiens de se pencher sur le problème pour la recherche d'un gène de la "bosse des maths" ?
Ou encore, avec un peu d'habitude on y arrive, dès la 6e, repérer ceux qui ont des aptitudes puis créer tôt des filières de scientifiques, de littéraires, de linguistes... Et après, une fois adultes, recréer des lebensraum où ils pourraient se reproduire...

Problème avec ces progs, on risque de voir se mettre en place un enseignement parallèle, complémentaire (à la japonaise ?) pour "spécialiser" plus tôt ceux qui ont des dispositions... N'importe quoi donc...
Faut pas venir me raconter que les programme que j'ai appliqués en fin de carrière étaient d'un niiveau XXl, quand même !
Il faut quand même avoir en sortie de Collège un certain nombre d'exigences en matière de connaissances : tailler, tailler, tailler confine à la démagogie ou pour paraphraser Tartuffe, dire : cachez celte loi (prédominante) du moindre effort (des apprenants comme on dit dans certains milieux) que je ne saurais voir !
Je ne dis pas qu'il faut revenir aux programmes du temps où j'ai enseigné les Barycentres (!) en 4e, la nuance fonction/application dès la 5e.
C'était là d'un ridicule achevé !
Mais tailler, réforme après réforme, dans les programmes me hérisse au plus haut point. Oh, oui, on fait glisser l'algorithmique du Lycée au Collège : parce que c'est plus "fun" pour les mômes ? parce que c'est dans l'air du temps ?

Parmi les collègues de Collège, combien maîtrisent l'outil informatique ? Parmi ceux-là, combien vont comprendre la programmation ? Parce que l'algorithmique si elle ne débouche pas sur la programmation, elle sert à quoi ? On met la charrue avant les bœufs, humainement et pégagogiquement !
On m'a enseigné l'algorithmique en Fac via le langage Algol : on écrivait des progs simples et on les remettait au prof chargé de ça, qui allait les faire tourner sur les IBM du Campus et on voyait les résultats 8 jours après.
Régulièrement, on avait doit au message : Erreur Algol en ligne n°... On corrigeait et on repartait pour 8 jours !
Passionnant et ô combien formateur, s'pas !!!!

@+

Dernière modification par yoshi (15-10-2017 07:27:32)


Arx Tarpeia Capitoli proxima...

Hors ligne

Réponse rapide

Veuillez composer votre message et l'envoyer
Nom (obligatoire)

E-mail (obligatoire)

Message (obligatoire)

Programme anti-spam : Afin de lutter contre le spam, nous vous demandons de bien vouloir répondre à la question suivante. Après inscription sur le site, vous n'aurez plus à répondre à ces questions.

Quel est le résultat de cette opération? 3+7=

Pied de page des forums