$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Prix Wolfskehl

  Au début du XXè siècle, la démonstration du Grand Théorème de Fermat semble hors de portée des mathématiciens. Les progrès récents les plus prometteurs ont été réalisés par Lamé et Cauchy, mais Kummer a expliqué pourquoi leurs méthodes ne peuvent aboutir.

  Au même moment, Paul Wolfskehl, un industriel allemand, et un amateur de mathématiques à ses heures perdues, vivait un drame amoureux, ses avances à une jolie jeune femme ayant été poliment, mais fermement, rejetées! Très déprimé, il avait décidé de se suicider. Homme méticuleux, il avait préparé sa mort avec beaucoup de soin, décidant d'une date, et qu'il se tirerait une balle au premier coup de minuit ce jour-là. Il se trouve que le soir dit, il avait terminé ses préparatifs avec quelques heures d'avance, et il se rendit à la bibliothèque feuilleter les dernières publications de mathématiques. Il tomba sur cet article de Kummer, et décela ce qui lui semblait être une faille logique. Wolfskehl se demanda alors si Kummer avait vraiment commis une erreur grave, ou bien s'il avait raison. Ceci était tout de même assez important, et Wolfskehl analysa très précisément la partie qui lui posait problème. Au petit matin, il avait corrigé le petit manque de la démonstration de Kummer. La bonne nouvelle pour lui, c'est que l'heure du suicide était passée, et que les mathématiques lui avaient redonné goût à la vie!

  Wolfskehl déchira alors ses lettres d'adieu, et réécrivit son testament à la lumière des événements de la nuit. A sa mort, en 1908, sa famille fut surprise qu'il léguait une grande partie de sa fortune à celui qui démontrerait le Dernier théorème de Fermat. La donation fut confiée aux bons soins de la Königliche Gesellschaft der Wissenchaften de Göttingen... Le prix Wolfskehl, qui ne fut donc attribué qu'une seule fois, fut décerné le 27 juin 1997 à Andrew Wiles, qui avait donné quelques mois auparavant la première démonstration du Grand Théorème.

Cette anecdote sur le prix Wolfskehl est tiré de l'excellent ouvrage Le dernier théorème de Fermat, de Simon Singh.