$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Combinaison

Définition et calcul
Définition : E étant un ensemble à n éléments, on appelle combinaison de p éléments de E toute collection non ordonnée de p éléments distincts de E, ie toute partie de E à p éléments.
On note $\binom np$ le nombre de combinaisons de p éléments parmi n. On a : $$\binom np=\frac{n!}{p!(n-p)!}.$$ Ex : Tirage par poignées.
  Une urne contient n boules numérotée de 1 à n. On tire simultanément p boules de U. Le nombre de tirages possibles vaut le nombre de combinaisons de p éléments parmi n.

On ne doit pas confondre combinaison et arrangement. Un arrangement est une suite ordonnée de p éléments, c'est-à-dire que, contrairement aux combinaisons, l'ordre intervient : prenons l'exemple d'un ensemble E à 4 éléments E={a,b,c,d}. On cherche toutes les combinaisons et tous les arrangements à trois éléments :
  • A partir des 3 lettres a,b,c, on ne peut former qu'une seule combinaison {a,b,c}, mais 6=3! arrangements : abc,acb,bca,bac,cab,cba.
  • A partir des 3 lettres a,b,d, on peut également former une seule combinaison, mais 6 arrangements.
  • De même avec les 3 lettres a,c,d et les 3 lettres b,c,d.
Ainsi, on a ici 4 combinaisons, mais 24 arrangements. Donnons encore un exemple concret pour illustrer la différence entre arrangements et combinaisons :
  • Si on cherche le nombre de mains de 8 cartes que l'on peut avoir à la belote, on cherche le nombre de combinaisons de 8 cartes parmi 32 : La main (7 de coeur - valet de trèfle...) est en effet identique à la main (valet de trèfle, 7 de coeur,...)
  • Si on cherche le nombre d'entiers de 3 chiffres ne s'écrivant qu'avec des chiffres impairs tous distincts, on cherche le nombre d'arrangements de 3 éléments parmi 5 ( {1,3,5,7,9} ). En effet, le nombre 731 est différent du nombre 371.
Les formules donnant les valeurs du nombre de combinaisons à p éléments dans un ensemble à n éléments sont connues depuis le XII è siècle. Cependant, les relations entre ces nombres, ainsi que leurs multiples applications, dont la formule du binôme (improprement appelée de Newton) ne seront établies qu'au XVIIè s. par Blaise Pascal, à la suite d'une longue correspondance avec Pierre de Fermat.
Consulter aussi...