$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Etude des branches infinies - Cas des courbes représentatives

  Une branche infinie d'une courbe représentative $C_f$ d'une fonction $f$ apparaît dès lors que l'une au moins des coordonnées $x$ ou $y$ tend vers l'infini. L'étude des branches infinies est indispensable à l'étude du comportement global d'une fonction.
Asymptote verticale
  Si en un point $a$, $f$ admet une limite (éventuellement à gauche ou à droite) infinie, on dit que la courbe $C_f$ admet la droite d'équation $x=a$ comme asymptote.
Exemple : La courbe représentative de la fonction $f(x)=1/(x-1)$ admet la droite d'équation $x=1$ comme asymptote (verticale).
Asymptote horizontale et oblique
  La courbe $C_f$ d'équation $y=f(x)$ admet la droite d'équation $y=ax+b$ comme asymptote si la différence $f(x)-(ax+b)$ tend vers 0 si $x$ tend vers plus l'infini ou vers moins l'infini. Géométriquement, cela revient à dire que, si on appelle $M$ le point de la courbe d'abscisse $x$, et $P$ le point de la droite de la même abscisse, la distance de $M$ à $P$ a pour limite 0 quand le point $M$ s'éloigne indéfiniment sur la courbe.
Exemple : La courbe d'équation $y=1/(x-1)$ admet la droite d'équation $y=0$ comme asymptote.
Direction asymptotique
  Il arrive parfois que $f(x)/x$ tende vers une limite $a$ en $+\infty$, alors que la limite de $f(x)-ax$ n'est pas définie. On dit alors que $C_f$ admet une branche parabolique, ou encore que $C_f$ admet une direction asymptotique. On distingue 3 cas :
  1. $a=\pm\infty$. Nous avons une branche parabolique de direction (Oy). L'exemple typique est $x^2$.
  2. $a=0$. Nous avons une branche parabolique de direction (Ox). Les exemples typiques sont $\sqrt x,\ln (x)$.
  3. $a\in\mathbb R$ n'est pas nul. Alors on dit que la courbe admet une direction asymptotique de direction la droite $y=ax$. C'est le cas par exemple pour $f(x)=x/2+\sqrt x$ dont la courbe représentative admet pour direction asymptotique la droite $y=x/2$.
Consulter aussi...