$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

La numérotation des Babyloniens, et la tablette Plimpton 322

  Il y a près de 4000 ans, Les Babyloniens avaient déjà un système de numérotation très avancé. Ils écrivaient leur nombre en base 60 (ce système sexagécimal nous est d'ailleurs resté pour les angles ou les minutes) à l'aide du chevron , qui signifie 10, et du clou , qui signifie 1. Par exemple,
se lit 13×602+2×60+21=46941 (de la même façon que pour nous 736 signifie 7*100+3*10+6...).

  Les Babyloniens avaient l'habitude d'écrire sur des tablettes d'argile qu'ils laissaient sécher au soleil. Ces tablettes se sont très bien conservées, et sont parvenues jusqu'à notre ère. Des fouilles ont permis d'en retrouver de nombreuses intactes. Sur l'une d'entre elles, baptisée Plimpton 322 (du nom du collectionneur américain qui l'a recueillie), et maintenant conservée à l'université de Yale, sont gravés des nombres, et plus précisément 15 triplets pythagoriciens, c'est-à-dire une liste de 15 exemples de triangles rectangles dont les côtés ont pour longueur des entiers.

  Ce qui est frappant avec cette tablette, c'est qu'elle date de -1800 av. JC environ, soit 1200 ans avant l'école de Pythagore, et la découverte du théorème du même nom.

Pour en savoir beaucoup plus sur ce sujet, et sur l'histoire des nombres en général, nous ne pouvons que vous recommander la lecture de l'excellente Aventure des Nombres rédigée par Gilles Godefroy.