$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Prix Abel

  Il n'existe pas de prix Nobel en mathématiques. Longtemps, le prix le plus prestigieux pouvant être décerné à un mathématicien a été la médaille Fields, décernée tous les 4 ans à un ou plusieurs mathématiciens. La médaille Fields diffère cependant du prix Nobel sur un point très important. Elle ne peut être décernée qu'à un mathématicien âgé de moins de 40 ans, quand le prix Nobel récompense plutôt tout une carrière.

  En 2002, l'Académie des Sciences et des Lettres norvégiennes a l'idée de créer un prix célébrant le mathématicien norvégien Niels Abel, à l'occasion du bicentenaire de la naissance de celui-ci. Ce prix doit récompenser un mathématicien pour des contributions très profondes et d'une grande influence sur les mathématiques. Il s'élève à 6 millions de couronnes norvégiennes, soit environ 800 000 euros.

  Bien que créé beaucoup plus récemment que de nombreux autres prix, par son montant, par la qualité de ses premiers lauréats, le prix Abel est très vite devenu l'un des deux prix les plus prestigieux en mathématiques, à l'égal de la médaille Fields, mais que l'on peut obtenir à un autre moment de sa carrière. Les lauréats du prix Abel sont :

2003 Jean-Pierre Serre (France)
2004

Michael Atiyah (Royaume-Uni)
Isadore Singer (États-Unis)
2005 Peter Lax (Hongrie)
2006 Lennart Carleson (Suède)
2007 Srinivasa S. R. Varadhan (Inde)
2008 John Griggs Thompson (Etats-Unis)
Jacques Tits (France-Belgique)
2009 Mikhaïl Gromov (France-Russie)
2010 John Tate (États-Unis)
2011 John Milnor (États-Unis)
2012 Endre Szemerédi (Hongrie)
2013 Pierre Deligne (Belgique)
2014 Yakov Sinai (Russie)
2015 John Nash (États-Unis) et Louis Nirenberg (États-Unis)
2016 Sir Andrew Wiles (Royaume-Uni)
2017 Yves Meyer (France)
Consulter aussi...