$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Thomas-Joannes Stieltjes (29 décembre 1856 [Zwolle] - 31 décembre 1894 [Toulouse])

Thomas-Joannes Stieltjes est un mathématicien hollandais né le 29 décembre 1856 à Zwolle, aux Pays-Bas. Durant ses études à l'école polytechnique de Dhelft, il préfère fréquenter la bibliothèque et les ouvrages de Gauss et Jacobi que les cours. Si cette activité fut sans doute profitable à son devenir de mathématicien, la conséquence immédiate est que Stieltjes échoue par deux fois aux examens. Heureusement, son père, ingénieur civil reconnu et membre du parlement, lui trouve un emploi d'assistant au calculs astronomiques à l'observatoire de Leiden.

Stieltjes consacre une grande part de son temps libre aux mathématiques. L'événement déterminant de sa carrière est le début de sa correspondance épistolaire avec Hermite en 1882. C'est le début d'une solide amitié, ponctuée par une énorme correspondance de 432 lettres que n'interrompera que la mort. En 1883, il épouse Elisabeth Intveld, qui encourage son activité mathématique. Il quitte cette même année son emploi à Leiden, car on lui propose semble-t-il un poste à l'université de Groninguen, mais au dernier moment, la chaire est attribuée à quelqu'un d'autre.

En avril 1885, il s'installe définitivement en France, et souhaite prendre la nationalité française. Afin qu'il puisse obtenir plus facilement un poste, Hermite et Darboux lui suggèrent de soutenir une thèse. C'est chose faite le 30 juin 1886, avec un travail sur les séries semi-convergentes, ce que Poincaré appelle les séries asymptotiques. A la suite de cela, Hermite lui obtient un poste de maître de conférences à l'université de Toulouse.

Le travail de Stieltjes porte sur toutes les branches de l'analyse, sur la théorie des nombres, et plus particulièrement sur les fractions continues. C'est au cours d'un de ses mémoires sur le sujet qu'il introduit son intégrale, pour laquelle son nom est resté célèbre. Mais la santé de Stieltjes est chancelante depuis une épidémie de grippe déclarée à l'hiver 1890, et il décède le 31 décembre 1894.

Les entrées du Dicomaths correspondant à Stieltjes

Les mathématiciens contemporains de Stieltjes (né en 1856)