$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Michel Rolle (21 avril 1652 [Ambert] - 8 novembre 1719 [Paris])

Fils d'un marchand peu aisé, le mathématicien français Michel Rolle travaille d'abord comme copiste chez un notaire et chez divers procureurs de sa région natale. Il se rend à Paris en 1675 pour travailler comme maître de calcul et d'écriture. Marié de bonne heure et chargé de famille, il s'initie de lui-même aux mathématiques. Il se fait connaitre en 1682 en répondant à une question de Jacques Ozanam. Il s'agissait de trouver quatre nombres tels que la différence de deux quelconques soit un carré parfait, ainsi que la somme des trois premiers. Ce coup d'éclat attire l'attention du ministre Colbert, qui lui fait obtenir une pension qui améliore grandement sa situation. En 1685, il devient membre de l'Académie Royale des Sciences. Il décède en 1719 d'une attaque d'apoplexie.

Rolle est connu, si ce n'est comme l'inventeur (Albert Girard l'avait fait avant lui), comme celui qui a popularisé la notation $\sqrt[n]a$ pour désigner la racine $n$-ième d'un nombre $a$. Son domaine de prédilection est l'algèbre des équations (on dirait maintenant l'étude des polynômes) et son ouvrage le plus important, publié en 1690, est Traité d'algèbre ou principes généraux pour résoudre les questions de mathématiques. Il y emploie l'algorithme d'Euclide pour résoudre des équations linéaires diophantiennes, suivant en cela les techniques de Bachet de Méziriac. Il démontre aussi, qu'entre deux racines réelles d'un polynôme $P$ on troue une racine de son polynôme dérivé $P'$.

Rolle est aussi très connus pour son intervention dans le débat portant sur l'adoption du calcul infinitésimal qui vient juste d'être inventé par Newton et Leibniz. Il en est un des plus farouches opposants, et se dispute violemment à ce sujet avec un autre académicien, Pierre Varignon, puis avec Joseph Saurin. Finalement, en 1706, Rolle reconnait son erreur, et il se réconcilie avec Varignon.

Source principale : Biographie de Michel Rolle par Jean Itard dans Dictionary of Scientific Biography.

Les entrées du Dicomaths correspondant à Rolle

Les mathématiciens contemporains de Rolle (né en 1652)