$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Marin Mersenne (8 septembre 1588 [Oizé, Sarthe] - 1er septembre 1648 [Paris])

Marin Mersenne est né le 8 septembre 1588 à Oizé dans la Sarthe, dans une famille de marchands. Après des études chez les Jésuites au collège de la Flèche (1604-1609), puis à la Sorbonne (1609-1611) où il suit les cours de théologie, il rejoint l'ordre religieux des Minimes. Ordonné prêtre en 1613, il enseigne la philosophie au couvent des Minimes à Nevers, avant d'obtenir en 1619 un poste de professeur au couvent de l'Annonciade à Paris.

Mersenne est un défenseur de l'orthodoxie catholique : ses premiers écrits sont des ouvrages de polémique religieuse contre les libertins, les athées, les sceptiques. Mais il est aussi un catholique ouvert, qui pense que la religion doit accueillir toute vérité mise à jour. Ainsi, il est opposant à tout ce qui est mysticisme, alchimie, sciences occultes, et au contraire il adhère au cartésianisme et est le traducteur de Galilée. Il explique ses idées dans la Vérité des Sciences, ouvrage publié en 1625.

Toute sa vie, Mersenne a entretenu une très riche correspondance avec les plus grands savants de son temps : Fermat, Pascal, Gassendi, Descartes, Torricelli, Desargues,... Dans une époque où les journaux scientifiques n'existent pas, il est une sorte de messager qui recueille et fait connaitre les découvertes nouvelles. Il crée en 1635 une Académie, ancêtre de l'Académie des Sciences, où les érudits discuteront librement et passionnément.

Le nom de Mersenne est aussi attaché aux nombres premiers. Mersenne cherchait une formule donnant tous les nombres premiers. S'il échoua, il étudia plus particulièrement les nombres $M_p=2^p-1$, où $p$ est premier, nombres désormais appelés nombres de Mersenne. Mersenne affirme en 1644 que $M_p$ est premier pour p=2,3,5,7,13,17,19,31,67,127,257, et composé (c'est-à-dire non premier) pour les 44 autres valeurs de p inférieures à 257. Il commet en fait 5 erreurs ($M_{61}$, $M_{89}$, $M_{107}$ sont premiers, $M_{67}$, $M_{257}$ ne le sont pas). Ces nombres sont encore très étudiés de nos jours. Le plus grand nombre premier que l'on connaisse est ainsi sans doute un nombre de Mersenne (que l'on lise cette biographie en 2003, 2023 ou 2103).

Mersenne a également étudié de nombreux autres problèmes. Parmi eux, citons des travaux sur la musique et l'acoustique, sur l'optique, sur la cycloïde.

Les entrées du Dicomaths correspondant à Mersenne

Les mathématiciens contemporains de Mersenne (né en 1588)