$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Lorenzo Mascheroni (13 mai 1750 [Bergame] - 14 juillet 1800 [Paris])

Lorenzo Mascheroni est un poète, mathématicien, prêtre et homme politique italien du siècle des Lumières. Né le 13 mai 1750 à Bergame, son père est un riche agriculteur. Il se destine à une carrière religieuse et est effectivement ordonné prêtre en 1774. Cependant, dès 1773, il enseigne d'abord la rhétorique, puis très rapidement la physique et les mathématiques au séminaire de Bergame. En 1785, il publie un traité de statique, Nuevo ricerche su l'equilibrio delle volte.

L'année suivante, Mascheroni devient professeur d'algèbre et de géométrie à l'université de Pavie; il sera même recteur de cette université de 1789 à 1793. En 1790, il publie ses Adnotationes ad calculum integrale Euleri, ouvrage dans lequel il donne les 32 premières décimales de la constante $\gamma$ d'Euler (dite aussi constante d'Euler-Mascheroni). Seules les 19 premières sont correctes! L'oeuvre majeure de Mascheroni paraît en 1797. Il s'agit de Geometria del compasso, où il démontre que tous les points du plan que l'on peut construire à la règle et au compas peuvent être obtenus à l'aide du compas seulement. Ce théorème surprend beaucoup ses contemporains. En réalité, comme on s'en est aperçu au XIXè siècle, cela avait déjà été démontré par le mathématicien danois Georg Mohr dans Euclides danicus (Euclide danois). Bien sûr, Mascheroni a obtenu son résultat sans connaitre le livre de Mohr (les deux preuves sont d'ailleurs très différentes).

Attaché à un certain libéralisme politique et adepte de la culture française, Mascheroni est nommé dépuité de la République cisalpine en 1797. Il la représente alors à Paris auprès de Legendre afin de participer à la mise en place du système métrique. L'occupation de Milan par l'Autriche l'empêche de rentrer en Italie et il décède à Paris en 1800.

Mathématicien reconnu, Mascheroni est aussi un poète apprécié. Ainsi, Geometria del compasso débute par un prologue en vers qu'il dédie à son ami Napoléon Bonaparte, féru de mathématiques. Son oeuvre poétique la plus célèbre, L'invito du Dafni Orobiano a Lesbia Cidonia, est réédité plus de 500 fois de 1793 à 1900.

Les entrées du Dicomaths correspondant à Mascheroni

Les mathématiciens contemporains de Mascheroni (né en 1750)