$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Irénée-Jules Bienaymé (28 août 1796 [Paris] - 19 octobre 1878 [Paris]

Jules Bienaymé est un mathématicien et statisticien français né à Paris le 28 août 1796. Son père est un fonctionnaire du gouvernement napoléonien. Il est envoyé en 1803 à Bruges (cette cité est alors française depuis 1794). La famille y reste huit ans et, à son retour, Jules Bienaymé devient élève du lycée Louis Le Grand. Il participe à la défense de Paris en 1814 avant d'intégrer l'École Polytechnique l'année suivante. Mais sa promotion est exclue en 1816 par Louis XVIII pour ses sympathies bonapartistes.

La même année, son père décède et Jules Bienaymé doit subvenir aux besoins de sa famille. Il entre au ministère des finances. De 1818 à 1820, il enseigne à l'école militaire de Saint-Cyr avant de retourner à l'administration des finances. Il devient inspecteur en 1820, puis inspecteur général en 1834. Il perd son emploi après la Révolution de 1848, les républicains souhaitant placer leurs hommes aux postes à responsabilités. Il enseigne alors trois ans à la Sorbonne avant de devenir conseiller en statistiques du gouvernement de Napoléon III.

En 1852, il entre à l'Académie des Sciences. Il est pendant 23 ans l'examinateur principal du prix de statistiques. Il est un des membres fondateurs de la Sociéte Mathématique de France en 1872; il en est le troisième président en 1875.

Bienaymé s'intéresse à des problèmes ayant des motivations sociologiques ou démographiques (par exemple, le calcul de l'espérance de vie en France dans le but de calculer des primes d'assurance). Cela le conduit à dégager des mathématiques très importantes en statistique. Il développe beaucoup les travaux de Laplace (notamment la méthode des moindres carrés) qu'il défend ardemment face aux attaques de Poisson.

Son nom reste attaché à l'inégalité de Bienaymé-Tchebychev. Il découvre cette inégalité en 1853 par la méthode de preuve que l'on utilise encore aujourd'hui. Elle est redécouverte en 1867 par Tchebychev, qui est un de ses amis et avec lequel il entretient une grande correspondance. C'est Tchebychev qui popularisa cette inégalité, notamment pour son application à la loi des grands nombres.

Les entrées du Dicomaths correspondant à Bienaymé

Les mathématiciens contemporains de Bienaymé (né en 1796)