$$\newcommand{\mtn}{\mathbb{N}}\newcommand{\mtns}{\mathbb{N}^*}\newcommand{\mtz}{\mathbb{Z}}\newcommand{\mtr}{\mathbb{R}}\newcommand{\mtk}{\mathbb{K}}\newcommand{\mtq}{\mathbb{Q}}\newcommand{\mtc}{\mathbb{C}}\newcommand{\mch}{\mathcal{H}}\newcommand{\mcp}{\mathcal{P}}\newcommand{\mcb}{\mathcal{B}}\newcommand{\mcl}{\mathcal{L}} \newcommand{\mcm}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcc}{\mathcal{C}} \newcommand{\mcmn}{\mathcal{M}}\newcommand{\mcmnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)} \newcommand{\mcmnk}{\mathcal{M}_n(\mtk)}\newcommand{\mcsn}{\mathcal{S}_n} \newcommand{\mcs}{\mathcal{S}}\newcommand{\mcd}{\mathcal{D}} \newcommand{\mcsns}{\mathcal{S}_n^{++}}\newcommand{\glnk}{GL_n(\mtk)} \newcommand{\mnr}{\mathcal{M}_n(\mtr)}\DeclareMathOperator{\ch}{ch} \DeclareMathOperator{\sh}{sh}\DeclareMathOperator{\th}{th} \DeclareMathOperator{\vect}{vect}\DeclareMathOperator{\card}{card} \DeclareMathOperator{\comat}{comat}\DeclareMathOperator{\imv}{Im} \DeclareMathOperator{\rang}{rg}\DeclareMathOperator{\Fr}{Fr} \DeclareMathOperator{\diam}{diam}\DeclareMathOperator{\supp}{supp} \newcommand{\veps}{\varepsilon}\newcommand{\mcu}{\mathcal{U}} \newcommand{\mcun}{\mcu_n}\newcommand{\dis}{\displaystyle} \newcommand{\croouv}{[\![}\newcommand{\crofer}{]\!]} \newcommand{\rab}{\mathcal{R}(a,b)}\newcommand{\pss}[2]{\langle #1,#2\rangle} $$
Bibm@th

Johann Bernoulli (27 juillet 1667 [Bâle] - 1 janvier 1748 [Bâle])

Johann (Jean) Bernoulli est le troisième mathématicien de la presitigieuse famille Bernoulli. Son père souhaite qu'il reprenne le commerce familial d'épices, mais cela n'intéresse pas Jean qui semble s'orienter vers des études de médecine. Alors qu'il rentre à l'université de Bâle, son frère ainé Jacques vient d'y obtenir une chaire, et, ensemble, ils vont décortiquer les travaux de Leibniz qui vient d'inventer le calcul infinitésimal. Cette émulation entre les deux frères va leur être très profitable, mais elle va bientôt tourner en rivalité. Jamais ils ne publieront ensemble, ils se lanceront des défis par revues interposées, et revendiqueront la paternité des mêmes résultats.

Cette rivalité est sans doute exacerbée par le fait que Jacques occupe la chaire de mathématiques à Bâle, poste que Jean ne peut donc obtenir. Alors, Jean part à Paris en 1690, où il enseigne le calcul infinitésimal au marquis de l'Hospital. Ce dernier le rétribue généreusement pour ses leçons. En échange, il publie sous son nom le premier livre de calcul différentiel, qui contient la fameuse "règle de l'Hospital", alors qu'il suit pour l'essentiel les idées de Jean Bernoulli.

En 1695, Bernoulli obtient un poste à Groningue, en Hollande. S'en suivent dix années un peu difficiles sur le plan personnel. D'une part, sa femme ne s'habitue jamais vraiment à cette vie loin de sa famille. D'autre part, il tombe malade au point qu'il est même un temps donné pour mort. Enfin, son protestantisme l'implique dans de nombreuses querelles religieuses. Mais, en 1705, à la mort de son frère, il retourne à Bâle pour lui succéder.

Jean Bernoulli fut l'un des meilleurs propagandistes du calcul infinitésimal. Impliqué dans la querelle Newton/Leibniz, il prend partie pour ce dernier. Il utilise ses connaissances pour jeter les premières bases du calcul des variations, et résout par exemple le problème de la caténaire et de la brachistochrone. Père de 3 mathématiciens et grand-père de 2 autres, il se fâche avec son fils Daniel avec qui il dut partager un prix de l'Académie des Sciences au point de le chasser de la maison familiale.

Les entrées du Dicomaths correspondant à Bernoulli

Les mathématiciens contemporains de Bernoulli (né en 1667)